Archive | mai 2012

La bourle et le collectif l’Armée Noire.

Une rencontre étonnante fait rimer bourle avec poésie

Publié le jeudi 17 mai 2012  Nord eclair tourcoing – DAMIEN CASSETTE > correspondant local

Lors de cette journée improbable, plusieurs personnes ont découvert la bourle pour la première fois.

Le cercle de la Concorde recevait dimanche une rencontre improbable entre la bourle et le collectif l’Armée Noire. Un événement dans le cadre de la Quinzaine de l’entorse.

La Quinzaine de l’entorse est un festival qui vise à associer le sport et la culture. Fondé sur Lille il y a quatre ans, ce festival se tient désormais sur une durée de trois mois, dans toute la métropole. Il rayonne même sur des villes comme Dunkerque, Bruay-la-Buissière, Courtrai et Valenciennes. Dimanche, le cercle de la Concorde accueillait ainsi une rencontre originale dans le cadre de ce festival.
A l’origine de cette rencontre, François Annycke, à la tête d’En Toutes Lettres, structure chargée d’accompagnement de projets culturels et associatifs, s’est tourné vers Jean-Pierre Moerman, président de la fédération des sociétés de bourle du Nord. « Pour organiser une manifestation autour du sport et de la culture, la bourle est toute indiquée, explique-t-il. La bourle, c’est une certaine poésie. » Il rappelle par ailleurs que les témoignages écrits les plus anciens de ce sport datent de 1348.
Pour renforcer le mélange des cultures, un deuxième contact est lié avec Charles Pennequin. Ce dernier est poète, membre d’un collectif d’artistes installé dans le Cambrésis, et intitulé l’Armée Noire. Le collectif est venu apporter sa touche à la journée et le cercle de le Concorde lui a ouvert ses portes pour une initiation ouverte à tous. Pour entrer en cohérence avec la bourle, la formule choisie était la spontanéité. Un barbecue organisé en auberge espagnole, intermèdes musicaux ou poétiques selon l’envie, sérigraphies et confection de T-shirts entre deux parties de bourle, on ne pouvait faire plus convivial.
« La bourle est un sport ouvert, précise encore Jean-Pierre Moerman. Hommes, femmes, enfants, tout le monde peut jouer. » Ce qu’ont pu vérifier les participants, goûtant ce sport en toute amitié.  w http://www.entorse.org